Mot du médecin Nutritioniste

Depuis une trentaine d’années, on observe une évolution de la corpulence de la population française selon les données des enquêtes Obepi. Ces constats amènent à des conclusions alarmistes concernant l’impact possible sur notre santé. Ces conclusions sont peut-être excessivement alarmistes.

En effet, la prise de poids observée en population est probablement en grande partie adaptative. Notre mode de vie a profondément évolué depuis 50 ans : la mécanisation du travail, la disponibilité alimentaire, l’usage systématique de véhicules pour se déplacer, etc… Tout ceci contribue de façon évidente à la prise de poids observée dans notre pays comme dans d’autres pays.

Est-ce aussi grave qu’on le prétend ? Et bien non ! Les données récentes montrent que les personnes en surpoids et les personnes présentant une obésité dite de degré I (IMC entre 30 et 35) n’ont pas plus de risque de développer des maladies cardio-vasculaires que les personnes dont l’IMC serait « normal » (entre 18,5 et 25). Il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter pour la santé de ces personnes.

Néanmoins, dans certaines situations, l’excès de poids peut devenir important et être responsable de maladies parfois graves et/ou invalidantes. C’est dans ces circonstances, qu’il convient d’agir.

 

Lutter contre l’obésité ou lutter contre les causes de l’obésité sévère ?

Le vrai problème aujourd’hui ne consisterait pas à lutter contre l’obésité puisque l’obésité pourrait correspondre au final à une évolution naturelle de la corpulence dans nos sociétés actuelles ! On se doit de lutter contre une maladie comme le cancer, pas de lutter contre un phénomène qui serait finalement tout à fait physiologique ! En revanche, l’enjeu réel consisterait à éviter que les personnes présentant une obésité de degré I n’aggravent leur excès de poids et ne développent des maladies préoccupantes. Or, on peut affirmer aujourd’hui que c’est notre propre société qui est responsable de l’aggravation des problèmes de poids qui n’en sont initialement pas.

 

Comment notre propre société peut-elle être responsable ?

C’est à la fois simple et compliqué ! Simple, parce qu’aujourd’hui, les personnes qui présentent un excès de poids sont souvent l’objet de moqueries, de rejet par le reste de la société. La différence n’est pas tolérée par notre société de consommation qui ne jure que par le paraître au détriment de valeurs humaines pourtant bien plus importantes.

Notre société est intolérante.

Nous jugeons hâtivement les personnes en surpoids en imaginant que ces personnes ont un appétit vorace ou n’ont pas de volonté. Nous les stigmatisons ! Le monde du travail est plus impitoyable encore puisqu’à compétence égale, il est reconnu que la personne mince aura plus de chance d’accéder à un emploi qu’une personne qui présente un excès de poids. Il est également reconnu que le monde médical n’est pas toujours bienveillant vis-à-vis des personnes avec excès de poids. Les soignants sont moins empathiques en général et les personnes obèses finissent par éviter de consulter. De façon globale, les personnes obèses sont  moins bien soignées. Ces discriminations sociales, professionnelles et médicales permettent de comprendre pourquoi les personnes obèses vont avoir tendance à s’isoler, fuir les lieux publics, renoncer à faire des activités physiques et mêmes  culturelles.

Cet isolement va aggraver leur problème de poids. D’une part, parce que bouger protège de la prise de poids et d’autre part parce que le mal être de ces personnes va les amener à « manger puisque ça ne va pas ». Dans certaines situations, la discrimination et l’isolement vont être responsable d’une tristesse de l’humeur voire d’une dépression. Et la dépression s’accompagne souvent de troubles du comportement alimentaire, principale cause de l’obésité sévère  !!!

La société est également responsable de l’aggravation des problèmes de poids par la culture du régime et de l’Idéal Minceur. Or, il est bien connu aujourd’hui que les régimes font grossir ! Le régime qu’on entreprend juste pour « être beau » est un piège dans lequel la société nous pousse à tomber chaque jour par la publicité, les régimes miracles, les pilules magiques. Ce piège est tendu par l’abondance de photos retouchées dont nous sommes bombardés en permanence à la télé ou dans les magazines et qui nous amènent à fantasmer sur des corps qui n’existent pas mais qu’on aimerait avoir.

 

J’accuse !

Cette société qui nous impose d’être mince, qui nous piège avec la tentation des régimes quand nous ne le sommes pas, qui rejette les personnes obèses et qui les maltraite est la seule responsable de l’aggravation des problèmes de poids de notre population. L’obésité n’est donc pas la maladie qu’on imagine. La vraie malade, c’est notre société !

Pour faire face à cette curieuse maladie, les associations de patients ont un rôle majeur à jouer !

Bienvenue dans notre association « la terre est ronde! »